Espace Prière

La justice sociale

La justice sociale - 13/11/2013

Introduction :  Une des priorités recommandées par le chapitre de 2012 est la promotion et l’engagement pour la justice sociale. Le chapitre général, face aux situations de souffrance et de marginalité affectant les plus défavorisés de notre temps, exhorte tous les Viateurs à prendre des initiatives en faveur de la justice sociale.

Écoutons A. Ambeault , notre supérieur général, dans un numéro de viatorweb du mois de mai 2013

Texte d’Alain Ambeault, supérieur général des viateurs

La priorité formulée nous incite moins à agir au nom d’une pauvreté qui crève les yeux qu’à prendre les devants d’une charité qui sait son fondement bien enraciné dans l’amour de Dieu. Cette priorité nous tend la main ; elle nous tourne le cœur vers les situations de pauvreté pour mieux nous révéler le visage aimant de Dieu.

Se révèlent ainsi les fondements d’une justice imbibée de l’unique amour. Il n’y a pas l’intelligence puis l’amour : il y a l’amour riche d’intelligence et l’intelligence pleine d’amour.

Dans son encyclique Caritas in veritate Benoît XVI rappelait également que je ne peux pas donner à l’autre du mien, sans lui avoir donné tout d’abord ce qui lui revient selon la justice. Voilà ce qui fait de cet appel du Chapitre une invitation pressante à nous rapprocher des situations de pauvreté car elles sont des lieux théologiques, des occasions de révélation du mystère amoureux de Dieu. La cité humaine, conclut Benoît XVI, n’est pas uniquement constituée par des rapports de droits et de devoirs, mais plus encore, et d’abord, par des relations de gratuité, de miséricorde et de communion.

Introduction     La justice sociale : un engagement du cœur, de la langue, des mains.

Écoutons le témoignage de notre frère François Veyrié

Texte de François Veyrié

Pour parler de la justice sociale, je vais m’appuyer sur la triade : coeur - mains - langue, représentative de la nature humaine unifiée, que l’on retrouve dans la culture biblique. Je vais aussi me servir de mon engagement à l’ACAT.

Cœur

Les mots simples doivent toucher le cœur, ce lieu où habitent mes convictions. Je ne les trouve pas ailleurs que dans la Parole de Dieu : chaque fois que vous l’avez fait au plus petit de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait ; amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent ; cherchez le royaume de Dieu et sa justice; aimez-vous les uns les autres. Des mots qui concrétisent dans un esprit contemporain peuvent être : dignité humaine, solidarité, partenariat, équité, fraternité...

Mains

Côté mains, instruments pour avoir prise et emprise, les initiatives sont assez classiques pour ce genre d’engagement : signer des pétitions, manifester, interpeller les institutions, les gouvernements, correspondre avec des victimes, mobiliser l’opinion publique, éduquer aux droits de l’homme, accompagner les demandeurs d’asile, etc.

Langue

Côté langue, expression de la pensée et des intentions, cela m’ouvre au monde et m’amène à prendre conscience que certaines atteintes aux droits fondamentaux de l’homme peuvent être génératrices de torture. Cela me rend sensible aux conditions socio-économiques imposées à des populations, jusqu’aux conséquences même de la dégradation de l’environnement. Et c’est là que ça rejoint mon quotidien. Je suis amené à une conversion sur ma façon d’être et de faire en faisant le choix des petits pas, prémices d’une grande marche vers la construction d’un monde digne.

Déroulement