Bienvenue

sur le portail

Internet

de la communauté

Saint-Viateur

de France

Nouveautés

            En ce 18 décembre 2016, jour d’entrée en fonction du nouveau Conseil de Délégation, le ciel est au plus bas. Le brouillard et la pollution semblent avoir gagné la terre. Dans notre cœur brille cependant la lumière. De fait, la Communauté se trouve rassemblée dans « la salle de la lumière » qui n’est autre que l’ancienne chapelle du Collège Querbes de Vourles. Devenue oratoire, les vitraux du chœur ont été conservés.

           Un jour nouveau s’est levé et les Saints viennent accompagner cette nouvelle étape de l’histoire des Viateurs en France. La beauté de cet ensemble de vitraux a dissipé nos préoccupations et nous a permis d’accueillir  « La lumière véritable qui éclaire tout homme et que les ténèbres ne peuvent arrêter » (Jean 1, 1-13). Cette verrière devant laquelle nous nous sentons comme un peuple précédé et protégé par « les Saints Anges » qui y sont représentés, nous invite à la Confiance. Elle nous révèle que notre être le plus profond est habité par une lumière qui demeure depuis toujours en nous, et qu’elle a un visage : le Christ Jésus « Splendeur de la Gloire du Père » (He 1,3) qui s’est fait homme par nous et pour nous et qui vient aujourd’hui à notre rencontre. 

           La crèche confectionnée par les collégiens de Vourles, attend l’Enfant Jésus, qui de son regard, va se présenter à nous comme Celui qui est le Fils de l’homme. Par anticipation et par expérience spirituelle, nous savons que « l’Enfant de la Crèche : le Sauveur », par la lumière de son regard va illuminer les yeux de notre cœur en les purifiant. 

           Accompagné par la Communauté Viatorienne et en lien avec tous ses membres, nous présentons au Seigneur toute l’œuvre réalisée à travers le temps et spécialement durant le mandat de Supérieur de Père Léon Desbos, à qui nous disons notre reconnaissance. 

           Nous présentons notre futur quotidien pour qu’il se trouve rempli par la lumière du Christ. Nous ne pouvons pas vivre sans Celui que nous aimons. Nos pas sont unis aux Siens. C’est pourquoi l’adhésion de notre foi est la seule chose qui compte : « Je crois, Seigneur » (Jean 9, 35.38) 

           Cette proclamation nous met en état de recevoir, à chaque instant de nos jours, son salut qui nous donnera la vraie vie afin que notre route à sa suite, balisée par la joyeuse lumière de son amour, fasse de nous des « fils du jour, fils de la lumière (1 Timothée 5, 5) pour rejoindre tous nos frères en humanité. 

           Le Symbole des Apôtres et surtout le Symbole de Nicée-Constantinople professe en ces termes d’une grande beauté : « Dieu né de Dieu, Lumière née de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu ». Jésus est intimement lié à Dieu le Père. Pour ainsi dire, Jésus nous vient du rayonnement de l’étoile de Bethléem. 

           C’est ainsi que toute la symbolique de la lumière et de la vie concernant le mystère de Dieu, lui convient. Jésus, à nouveau, adresse la parole (aux pharisiens) : «Je suis la lumière du monde. Celui qui vient à ma suite ne marchera pas dans les ténèbres ; il aura la lumière qui conduit à la vie » (Jean 8, 12). Jésus n’est pas la lumière pour lui-même, mais lumière du monde. Investi d’une mission, il est descendu du ciel pour porter, dans la condition humaine, la lumière de Dieu sur le monde. 

           A l’offertoire, le beau geste de l’épi de blé apporté par chacun des participants pour former un bouquet sur la table eucharistique, bouquet remis entre mes mains, désignant ainsi ce désir de s’engager au service des frères, dans une belle communion scellée dans l’eucharistie (Calice du Père Querbes).

 Les mots chaleureux et ajustés du Père André Crozier qui présidait la célébration au nom du Père Alain Ambeault, notre Supérieur Général, nous envoyaient dans nos différents lieux de vie avec l’affirmation de Jésus à ses disciples : « Vous êtes la lumière du monde »(Matthieu 5, 14)

           En ce début de mandat, c’est le défi de l’espérance qui nous est proposé : « Un rameau sortira de la souche de Jessé, un rejeton jaillira de ses racines » (Isaïe 11, 1) Pour aller où nous savons, il nous faut aller par où nous ne savons pas, en redisant chaque jour au Christ : « En toi est la source de la vie, en ta lumière nous voyons la lumière » (Psaume 36, 10) Bonne mise en route,  en ce début d’année 2017.

 

Père Pierre DEMIERRE, csv, 

Supérieur de la délégation de France

 

 

Une lumière sur la route !